• emelinefe

Confinement ? Pas pour les intérêts du capitalisme; expulsion et destruction !


La ZAD de la dune

C’est le 6 octobre 2019, à Brétignolles-sur-Mer, que la ZAD (Zone à Défendre) de la dune voit le jour pour contester la création d’un port de plaisance.La destruction et le déboisement massif de cette zone du littoral serviraient encore et toujours les profits économiques. Cette ZAD a pour but de protéger une zone naturelle classée, qui héberge sur plusieurs hectares une faune et une flore incroyables. Ce projet polluerait et défigurerait le littoral en mettant en danger la dune et ses occupants.


Tout commence le 1er octobre lorsque les pelleteuses débutent la destruction de la dune de la Normandelière et sa végétation. Un mouvement de solidarité citoyenne naît alors, à peine cinq jours plus tard. 2500 protecteurs de la nature opposés au projet réussissent à faire reculer les engins de destruction ; c'est ainsi que la ZAD de la dune voit le jour, marquant le début de la lutte pour protéger la dune. 

A renfort de communiqués de presse relayés par les médias locaux, le sujet de discussion passe rapidement de la question de l’intérêt du projet à la légalité de la ZAD. Les promoteurs cherchent alors à discréditer voire diaboliser les zadiens/iennes : entraves aux travaux, troubles de l’ordre public, etc. Entendez par là : blocage de travaux de saccage grâce à une chaîne humaine pacifique et construction de cabanes sur un terrain privé avec accord du propriétaire pour surveiller les possibles reprises de destruction de la Nature. Mais les défenseurs ne baissent pas les bras, et, à renfort de manifestations, tiennent bon durant plusieurs mois face aux porteurs du projet.


LA ZAD évacuée malgré le confinement

Tout bascule le 8 avril dernier. Sous prétexte d’une altercation entre un habitant de la ZAD est un automobiliste ayant heurté son chiot, une mobilisation hors norme a été mise en place : 2 PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie), 1 escadron de gendarmerie mobile, 15 gendarmes motocyclistes, 36 enquêteurs, un hélicoptère et des drones se présentent à la ZAD de la dune pour vérifier les identités des zadiens/iennes. Mobilisation pouvant elle-même diffuser la pandémie actuelle mondiale.

Et c’est loin d’être fini… Le site de la ZAD est ensuite vandalisé dans la nuit, après le départ des gendarmes ayant embarqué les zadiens/iennes, par le maire lui-même, un adjoint et quelques dizaines de personnes. « Ce qui m’interpelle le plus, c’est que le maire ait appelé 70 personnes civiles en plein confinement » s'étonne Martine Lucé, Présidente de l’association Demain Brétignolles. Les cabanes sont brûlées avec toutes les affaires personnelles à l’intérieur, les camions aménagés sont détruits à coup de pied de biche et les chiens et chats sont envoyés à la fourrière… Les autres animaux (cochon, poules et canards) sont laissés dans ce chaos de flammes… Elizadette, la truie de la ZAD, décède le 11 avril, certainement suite à une grosse cause de stress…



Les médias, comme tous les autres soutiens de la ZAD, n’ont pas pu se déplacer et être présents lors de l’opération. Les médias jouent pourtant un rôle extrêmement important. Outre le fait de couvrir un événement, ils permettent la prise d’images et de son, et offrent, via leur présence, une sécurité vis-à-vis du respect des procédures et de l’intégrité physique des personnes et des biens. La vandalisation de la ZAD se passe donc sans l’ombre d’un témoin pouvant justifier de l’illégalité tant de la gendarmerie que du personnel municipal. En pleine crise sanitaire, alors que le gouvernement nous martèle de rester confinés, les autorités publiques et municipales enfreignent sciemment les règles pour vandaliser la ZAD de la Dune et expulser ses habitants, les laissant parfois sans logement. Prônant sa volonté de protéger les plus démunis en prolongeant la trêve hivernale, le Président Emmanuel Macron, cautionne dans le même temps des actions allant à l’encontre totale des règles sanitaires. Complètement contradictoire, le gouvernement, appelant la population à rester chez elle pour éviter la propagation du virus, approuve la mise à la rue d’habitants, mettant alors en danger la vie d’autrui. "Nous sommes en guerre", affirme le Président à la télévision publique le 16 mars dernier. "Toute l’action du gouvernement et du Parlement doit désormais être tournée vers le combat contre l’épidémie, de jour comme de nuit. Rien ne doit nous en divertir." Encore une fois, la parole et les actes ne concordent pas ! L'effort et le dispositif mis en place pour expulser la ZAD de la Dune montrent clairement que la priorité de l'état n'est pas essentiellement tournée vers le Covid-19 et qu'il est prêt à mettre en danger délibérément la vie d'autrui au profit d'un port de plaisance et pour satisfaire l'égo du maire de Bretignolles-sur-Mer, Christophe Chabot.  Des plaintes sont disponibles (https://plaintecovid.fr/) car M. Christophe Chabot a délibérément mis en danger la vie des copaines présent(e)s sur la ZAD et, par la même occasion, celle des habitants de Bretignolles. Il a donc été totalement à l'encontre des mesures nationales pour la protection des citoyen(enne)s français(e)s. Libre à chacun(e) de s'emparer des documents pour porter plainte contre les "responsables" représentant de l'état qui ont agi pour des intérêts personnels ou économiques ! Construisons l'après confinement dès aujourd'hui  Le lien entre l'actuelle pandémie et la destruction de la biodiversité n’est plus à prouver. La diversité du vivant est la barrière la plus forte face au développement d'un virus, bactérie et autres organismes. Or, en réduisant les écosystèmes à l'état de poussière, rendant artificiel chaque parcelle de nature, la couvrant de béton, en faisant des photocopies de génomes pour l'élevage intensif, en favorisant les interactions avec les animaux sauvages, nous créons un environnement parfait au développement d'un pathogène. Pourtant, les défenseurs/euses du vivant, et donc des personnes agissant pour le bien commun et un avenir vivable, sont réprimé(e)s, expulsé(e)s, parfois même abattu(e)s suivant le pays. Même pendant une crise sanitaire grave. La période actuelle que nous traversons est le moment idéal pour se questionner sur sa responsabilité personnelle vis-à-vis de nos modes de consommation actuels. La possibilité de changer le monde dans lequel nous vivons est là, le basculement vers une prise de conscience globale des méfaits que nous faisons subir à la Planète est possible. Le changement total de regard vis-à-vis des ZAD et de leurs habitants, qui constituent, en plus d'une véritable barrière protectrice pour le vivant, des graines d'avenir, de cohésion et de respect de la nature, des systèmes sociaux horizontaux, des alternatives de consommation et d’auto-gestion, doit opérer ! Alors, vous le comprenez, c’est à NOUS de nous mobiliser pour défendre ensemble la Planète, à NOUS d’assurer un soutien sans faille aux protecteurs de la Nature risquant leur vie pour protéger notre maison et celle de nombreuses autres espèces, à NOUS de nous battre face à des politiciens dont les actions mettent en péril l’ensemble de la biodiversité mondiale, à NOUS de réinventer des systèmes de solidarité et d’organisation collective, à NOUS de construire le monde de demain. AGISSONS, car l’urgence est là ! Moins palpable que le covid-19 ou un attentat, le système mortifère en place et l'effondrement sont plus vicieux, car non visibles instantanément. "Nous devons arrêter de nous adapter à la dégradation de la Terre" s’indigne Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd.  


Agissons dès la fin du confinement à la ZAD de la Dune pour reprendre les lieux.


Mise à jour - Quelques informations sont venues à la suite de l’écriture de cet article : des habitants/tes de Brétignolles-sur-Mer, avec l’aide de la municipalité, commencent le déblaiement de la zone, et reprennent donc les travaux dans un cadre apparemment illégal, ces derniers devant normalement être réalisés par l’entreprise spécialisée qui a saisi l’appel d’offre. Les travaux reprennent donc tranquillement, profitant de l’absence d’opposition grâce au confinement… En savoir plus : - Page Facebook de la ZAD de la dune et site officiel - Cagnotte créée après l'expulsion de la ZAD - Article Mediapart sur le déconfinement de la ZAD - Article Reporterre sur l'évacuation

Tenez-vous informé !